Lundi 23 Octobre 2017

Mis à jour le Lun. 23 Oct. 2017 à 09:43

Retour H.P. Blavatsky Articles H.P. Blavatsky L'évolution cyclique et karma

L'évolution cyclique et karma

  • PDF
AddThis Social Bookmark Button

Extraits de La Doctrine Secrète (pages 634 à 647 du volume I. Traduction de l'édition anglaise originale) :
« La VIE UNE est en relation étroite avec la loi une qui gouverne le Monde de l'Être – KARMA. Exotériquement, c'est simplement et littéralement « l'action », ou plutôt « une cause produisant un effet ». Ésotériquement, c'est quelque chose de complètement différent dans ses effets moraux à grande portée. C'est la LOI DE RETRIBUTION infaillible. [...]
« À la première palpitation de la vie renaissante, Svâbhâvat, “le rayonnement changeant de l'Immuable Ténèbre inconsciente dans l'Éternité”, passe, à chaque nouvelle renaissance du Kosmos [Cosmos], d'un état d'inactivité à un état d'intense activité ; il se différencie et ainsi commence son travail à travers cette différentiation. Ce travail est KARMA.
« Les Cycles sont aussi soumis aux effets produits par cette activité. [...]
« Pour rendre le fonctionnement de Karma, dans les rénovations périodiques de l'Univers plus évident et intelligible à l'étudiant, lorsqu'il aborde l'origine et l'évolution de l'homme, il doit maintenant examiner avec nous, l'influence ésotérique des Cycles Karmiques sur l'Éthique Universelle. La question est : ces mystérieuses divisions du temps, dénommées Yugas et Kalpas par les hindous, et très clairement Κύκλος « cycles », anneau ou cercle par les grecs, ont-elles quelque rapport ou quelque lien direct avec la vie humaine ? La philosophie exotérique, elle-même, explique que ces cercles perpétuels du temps reviennent sans cesse sur eux-mêmes, périodiquement et intelligemment, dans l'Espace et l'Éternité. Il y a des « Cycles de matière » et il y a des « Cycles de l'évolution Spirituelle ». Il y a des cycles raciaux, nationaux, et individuels. Est-ce que les spéculations ésotériques ne nous permettraient pas d'avoir une perception encore plus approfondie de leur fonctionnement ? [...]
« D'après les enseignements, Mâyâ, ou l'apparence illusoire de la succession des événements et des actions sur cette terre, varie selon les nations et les localités. Mais les caractéristiques principales de la vie de chacun [chaque être humain] sont toujours en accord avec la « Constellation » sous laquelle chacun est né, ou devrions-nous dire, avec les caractéristiques de son principe animateur ou de la déité qui y préside, que nous l'appelions un Dhyan Chohan, comme en Asie, ou un Archange avec les églises grecques et latines. Dans l'ancien Symbolisme, c'était toujours le SOLEIL (bien qu'il s'agissait du Soleil Spirituel et non du soleil visible), qui était censé envoyer les principaux Sauveurs et Avatars. D'où le lien entre les Bouddhas, les Avatars et tant d'autres incarnations du SEPT le plus élevé. Plus il se rapproche de son Prototype « au Ciel », mieux en est-il pour le mortel dont la personnalité fut choisie, par sa propre divinité personnelle (le septième principe), comme sa demeure terrestre. Car, avec chaque effort de volonté tendant à la purification et l'union avec ce « dieu-Soi », un des rayons inférieurs se brise et l'entité spirituelle de l'homme est attirée encore et toujours plus haut jusqu'au rayon qui remplace le premier, jusqu'à ce que, de rayon en rayon, l'homme intérieur soit attiré au sein du rayon unique et le plus élevé du SOLEIL-Parent. Ainsi, « les événements de l'humanité se déroulent effectivement en coordination avec les formes [crées par les] nombres », car les unités individuelles de cette humanité procèdent chacune et toutes de la même source – le SOLEIL central et son ombre, le SOLEIL visible. En effet, les équinoxes et les solstices, les périodes et les diverses phases du cours du Soleil, exprimés astronomiquement et numériquement, ne sont que les symboles concrets de la vérité éternellement vivante, bien qu'ils paraissent être des idées abstraites aux yeux des mortels non-initiés. Et ceci explique les coïncidences numériques extraordinaires dans les relations géométriques, comme l'ont montré plusieurs auteurs.
« Oui ; « notre destinée est écrite dans les étoiles ! » Seulement, plus étroite est l'union entre le reflet mortel, l'HOMME, et son PROTOTYPE céleste, moins dangereuses sont les conditions extérieures et les réincarnations subséquentes – auxquelles ni les Bouddhas ni les Christs ne peuvent échapper. Ceci n'est pas de la superstition, et encore moins du fatalisme. Ce dernier implique le cours aveugle d'un pouvoir encore plus aveugle, alors que l'homme est un agent libre durant son séjour sur terre. Il ne peut échapper à sa Destinée qui le gouverne, mais il a le choix entre deux sentiers qui le conduisent dans cette direction, et il peut atteindre le but de la souffrance si c'est celui qui lui est décrété soit dans les vêtements, blancs comme neige, du Martyr, soit dans les vêtements souillés d'un volontaire pour la voie de l'iniquité ; en effet il y a des conditions extérieures et intérieures qui affectent la détermination de notre volonté sur nos actions, et il est en notre pouvoir de suivre les unes ou les autres de ces conditions. Ceux qui croient au karma croient nécessairement à la destinée que chaque homme, de sa naissance jusqu'à sa mort, tisse fil par fil, autour de lui, tout comme l'araignée tisse sa toile. Cette destinée est guidée soit par la voix céleste du prototype invisible qui est en-dehors de nous, soit par notre être intérieur ou astral, qui nous est plus familier que l'autre, et qui n'est que trop souvent le mauvais génie de l'entité incarnée qu'on appelle l'homme. Tous deux conduisent l'homme extérieur, mais il faut que l'un ou l'autre l'emporte. Dès le commencement même du combat invisible, la sévère et implacable loi de compensation entre en jeu et poursuit son cours, en suivant fidèlement les fluctuations de la lutte. Quand le dernier fil se trouve tissé, et que l'homme est apparemment enveloppé dans un filet qu'il a ourdi lui-même, c'est alors qu'il se découvre complètement sous l'empire de la destinée qu'il a lui-même créée. Elle le fixe alors comme le coquillage inerte au rocher immuable, ou l'emporte comme une plume dans un tourbillon que ses propres actions ont soulevé, et cela c'est – KARMA. [...]
« Le Grand Cycle comprend le progrès de l'humanité depuis l'apparition de l'homme primordial à la forme éthérée. Il passe à travers les cycles intérieurs de son évolution progressive (celle de l'homme), d'éthéré, au semi-éthéré et au purement physique : jusqu'à la délivrance de l'homme de son vêtement de peau et de matière, après quoi il continue son cours descendant, puis à nouveau ascendant, pour se retrouver à l'apogée d'une Ronde, quand le manvantarique « Serpent avale sa queue » et que sept cycles mineurs se sont écoulés. [...] KARMA-NÉMESIS est la créatrice des nations et des êtres mortels, mais une fois créés, ce sont eux qui font d'elle un Ange de furie ou de récompense. [...] Car l'unique décret de Karma – décret éternel et immuable – est l'Harmonie absolue dans le monde de la matière aussi bien que dans celui de l'Esprit. Ce n'est donc pas Karma qui récompense ou punit, mais c'est nous qui nous récompensons ou nous punissons, suivant que nous travaillons avec, dans et conformément à la Nature (selon ses voies, et de concert avec elle), en restant fidèles aux lois dont dépend cette harmonie, ou que nous les violons. [...]
« Karma-Némésis n'est rien de plus que l'effet dynamique (spirituel) de causes produites et de forces éveillées à l'activité par nos propres actions. C'est une loi de dynamique occulte, qu'« une quantité donnée d'énergie employée sur le plan spirituel ou astral produit des effets beaucoup plus grands que la même quantité employée sur le plan physique et objectif d'existence ».
« Cet état durera jusqu'à ce que les intuitions spirituelles de l'homme soient pleinement développées, ce qui n'arrivera pas tant que nous n'aurons pas carrément rejeté nos épais vêtements de matière ; jusqu'à ce que nous commencions à agir de l'intérieur, au lieu de toujours suivre les impulsions extérieures ; c'est-à-dire, les impulsions provenant de nos sens physiques et de notre corps grossier et égoïste. Jusque-là, le seul palliatif aux maux de la vie est l'union et l'harmonie – une Fraternité IN ACTU, et un altruisme qui ne soit pas simplement de nom. La suppression d'une seule mauvaise cause ne supprimera pas un, mais un grand nombre d'effets négatifs. Et si une Fraternité, ou même plusieurs Fraternités ne peuvent empêcher des nations de se couper à l'occasion mutuellement la gorge – cependant une unité de pensée et d'action, et la recherche philosophique des mystères de l'être, évitera toujours à certains, qui essaient de comprendre ce qui était jusqu'à présent un mystère, de créer des causes supplémentaires dans un monde déjà si encombré de malheurs et de maux. La connaissance de karma donne la conviction que si :

« ... la vertu en péril et le vice triomphant,
rendent l'humanité athée ». Dryden.

« C'est uniquement parce que l'humanité a toujours fermé les yeux à la grande vérité que l'homme est à lui-même, son propre sauveur, comme son propre destructeur. [...] Comme leurs frères Orientaux de la Cinquième Race [l'humanité actuelle], les Aryens Occidentaux ont eu, dans chaque nation et peuplade, leurs âges d'Or et de Fer, leur période d'irresponsabilité relative, ou leur âge Satya de pureté [âge d'Or], alors que maintenant, plusieurs d'entre eux ont atteints leur Âge de Fer, le Kali-yuga, un âge NOIR D'HORREURS... [...]
« Cependant pour les païens, au sujet desquels Coleridge dit : « ... le Temps, le temps cyclique, était la représentation abstraite de la Déité... », cette « Déité » se manifestant en coordination avec, et seulement par Karma, et étant KARMA-NEMESIS elle-même, les cycles signifiaient quelque chose de plus qu'une simple succession d'évènements, ou un intervalle de temps périodique de durée plus ou moins longue. Car, ils étaient généralement marqué par le retour d'un caractère plus varié et intellectuel que ceux qui se manifestent lors des retours périodiques des saisons ou de certaines constellations. La sagesse moderne se satisfait des computations astronomiques et des prophéties basées sur des lois mathématiques infaillibles. La Sagesse Antique ajoutait à la froide coquille de l'astronomie, les éléments vivifiants de son âme et de son esprit – l'ASTROLOGIE. [...]
« Pourquoi, alors, les occultistes et les astrologues, aussi érudits [que ces astronomes], ne seraient-ils pas crus, quand ils prophétisent le retour d'un évènement cyclique en se basant sur les mêmes principes mathématiques ? Pourquoi se moquerait-on de leur revendication quand ils affirment le savoir ? [...] C'est simplement par la connaissance et des calculs mathématiques exacts que les HOMMES SAGES DE L'ORIENT peuvent pronostiquer, par exemple, que l'Angleterre est à l'aube de telle ou telle nouvelle catastrophe ; que la France, s'approche d'un moment similaire, dans son cycle, et que l'Europe, en général, est menacée par, ou plutôt, est à l'aube d'un cataclysme, vers lequel elle a été poussée par son propre cycle karmique racial. [...] Pour tous les Occultistes [c'] est une évidence scientifique — les archives étant conservées dans le Zodiaque depuis des âges incalculables. »