Lundi 23 Octobre 2017

Mis à jour le Lun. 23 Oct. 2017 à 09:43

Retour Autres auteurs Articles autres auteurs La Loi des Cycles - Page 4

La Loi des Cycles - Page 4

  • PDF
Index de l'article
La Loi des Cycles
La Loi des Cycles
La Loi des Cycles - Page 3
La loi des Cycles - Page 4
La loi des Cycles - Page 5
La Crête des Cycles
Toutes les pages

L'Humanité est composée de groupes d'individus. La Loi des Cycles affecte les individus non seulement isolément mais également en tant que groupes : embranchements raciaux des groupes tribaux, races-familles, sous-races, races-racines, globes, rondes et chaînes planétaires, systèmes solaires, galaxies, sont « les innombrables cercles mineurs » qui composent le Grand Cercle de l'Univers et dont l'image merveilleuse à été évoquée plus haut dans l'extrait d'Isis Dévoilée. Dans ce même ouvrage on lit :

Ils divisaient en cycles les interminables périodes de l'existence humaine sur cette planète. Pendant chaque cycle, l'humanité progressait jusqu'à l'apogée d'une brillante civilisation, puis retombait graduellement dans une abjecte barbarie. (Isis Unveiled, Volume I, page 5).

Ces cycles, d'après la philosophie chaldéenne, n'affectent pas toute l'humanité d'une même manière, ni en même temps. (Isis Unveiled, Volume I, page 6).

Platon divisait la marche du progrès intellectuel de l'univers au cours de chaque cycle, en périodes fertiles et périodes stériles. Il disait que dans les régions sublunaires [mondes spirituels supérieurs], les sphères des divers éléments restaient éternellement en parfaite harmonie avec la nature divine ; « mais leurs fragments détachés », à cause de leur trop grande proximité avec la terre et leur mélange avec l'élément terrestre (qui est matière et, par conséquent, royaume du mal) « sont parfois en harmonie, parfois en opposition avec la nature (divine) ». Lorsque ces mouvements... dans l'éther universel, qui contient chaque élément en lui-même, se produisent en harmonie avec l'esprit divin, notre terre et tout ce qui s'y rattache, jouissent d'une période fertile... Mais durant les périodes stériles... la vision spirituelle de la majorité de l'humanité est si aveuglée qu'elle perd toute notion des pouvoirs supérieurs de son propre esprit divin, (/sis Unveiled, volume l, page 247).

En appliquant la loi d'analogie et de correspondance, nous pouvons comprendre que le Cycle Karmique de l'humanité sur terre a ses sous-cycles analogue à ceux de ce globe dans ses mouvements de rotation, de révolution et de parcours sidéral, par lesquels : a) une classe d'intelligences soi-conscientes est en évolution, grâce à des réincarnations continuelles, b) une seconde classe d'êtres, qui apparaissent seulement à l'apogée des civilisations humaines et conformément aux cycles, a pour rôle de revivifier les idées innées qui devront être assimilées consciemment par l'ensemble de la race humaine au fil des cycles, c) une troisième classe est constituée par les Grands Avatars. Ce sont ces Êtres qui s'incarnent pour donner la Note tonique d'un nouveau Cycle de Construction, à la fin d'un cycle de destruction par des cataclysmes terrestres, intellectuels ou éthiques. La Doctrine Secrète, (The Secret Doctrine, Volume I, pages 640-641), cite et commente le passage très significatif suivant d'Isis Dévoilée (Isis Unveiled, Volume I, pages 34-35):

De même que notre planète accomplit chaque année une révolution autour du Soleil, tout en tournant sur son axe en vingt-quatre heures, en parcourant ainsi des cycles mineurs au cours d'un cycle plus grand, de même l'œuvre des cycles plus petits se déroule et se répète durant le cours du Grand Saros.

Selon la doctrine ancienne, le mouvement cyclique du monde physique, s'accompagne d'un mouvement analogue dans le monde de l'intellect—l'évolution spirituelle du monde procédant par cycles, comme l'évolution physique.

Nous observons ainsi dans la marée du progrès humain, l'alternance régulière d'un courant de flux et de reflux. Les grands royaumes et empires du monde, après avoir atteint l'apogée de leur grandeur, re-tombent selon une loi identique à celle qui les avait fait progresser, jusqu'au moment où, ayant atteint le point le plus bas, l'humanité se ressaisit et progresse une fois de plus ; le degré de développement atteint étant, en vertu de cette loi de progression en cycles ascendants, un peu plus élevée que celui qu'elle avait avant sa chute.

La division de l'histoire de l'humanité en Âge d'Or, d'Argent, de Bronze et de Fer, n'est pas une fiction. Nous observons la même chose évoquée dans la littérature des peuples. Une période de grande inspiration et de créativité inconsciente est immanquablement suivie d'une période de critique et de raison froide. L'une fournissant à l'autre la matière pour l'analyse et la critique intellectuelle.

Ainsi, toutes ces grandes figures historiques de l'humanité, comme le Buddha-Siddârtha, et Jésus, dans le domaine spirituel, et Alexandre le Grand ou Napoléon, dans le domaine des conquêtes terrestres, ne sont que des images réfléchies de types humains qui avaient existé dix mille ans auparavant [...] et qui sont reproduites par les pouvoirs mystérieux qui contrôlent les destinées de notre monde. Il n'y a pas d'éminente figure dans les annales de l'histoire sacrée ou profane dont on ne puisse trouver le prototype dans les traditions religieuses ou les mythologies, mi-fictives et mi-réelles, du lointain passé. Comme l'étoile scintillante perdue dans l'immense profondeur du ciel, à une distance incommensurable, étincelle au-dessus de nos têtes, et se réfléchit sur les eaux calmes d'un lac, de même les images produites par les hommes dans des périodes antédiluviennes se réfléchissent dans les âges historiques que nous connaissons.

« Ce qui est en bas est et qui est en haut. Ce qui a été, reviendra. Il en est sur terre comme au ciel »   top-iconRetour en Hauttop-icon